Block Telesales Calls NOW
Receive no more
telephone calls
from telemarketers
selling junk.
www.coldcallblocker.com
Pour célébrer River Phoenix, sa vie et son temps.
American EnglishEn Français

The Thing Called Love - Director's Cut


Région DVD
Amérique du Nord,
Canada
Langues Anglais
Sous-titres Anglais
Image 16:9 Ecran large
Son Dolby Digital 5.1 Surround, 2.0 Surround

Main Menu Dès l'ouverture du menu à l'écran, il est clair que nous nous trouvons face à une présentation exceptionnellement soignée du film de 1993 The Thing Called Love. Son réalisateur Peter Bogdanovich propose un commentaire honnête, éclairant et très détaillé tout au long du film, réellement l'un des meilleurs effectué sur un DVD d'un film de River. Manifestant une mémoire remarquable s'agissant d'un projet achevé douze ans plus tôt, le réalisateur se souvient encore avec exactitude des lieux précis de chaque scène et il est heureux de souligner les sauts invisibles d'une séquence tournée à Memphis à la suivante filmée en studio à Hollywood. Plus loin, il nous révèle que toutes les scènes qui se déroulent devant Graceland, la célèbre maison d'Elvis Presley à Memphis, furent en fait tournées devant une réplique exacte de la maison et de son environnement.

Révélant également pour la première fois le recours à de subtils et discrets mouvements de caméra, le réalisateur explique sa fierté d'avoir tourné en une seule prise plusieurs longues séquences du film, mais il attribue immédiatement leur réussite à son équipe d'acteurs. Il indique notamment que River adorait tourner ce genre de scène. Bogdanovich insiste sur le nombre inhabituellement important des chansons utilisées dans le film, ainsi que sur les auteurs et compositeurs qui les écrivirent.

Peter Bogdanovich

Le cinéaste poursuit son commentaire en notant que River n'avait jamais joué un tel personnage auparavant, fait sans doute exact mais assez peu surprenant - chacun de ses rôles étant remarquablement différent des précédents. Selon Bogdanovich, River avait besoin de « jouer un personnage plus vieux de cinq ans avec davantage d'expérience », ce qui n'était pas nouveau non plus. Toujours étant, qualifiant River de « beaucoup plus vieux que son âge », Bogdanovich fait écho à tous les réalisateurs qui ont travaillé avec River, surtout quand il rappelle que « River était un acteur qui s'investissait vraiment dans son rôle et qui y restait ». En outre, évoquant le désir de River de chanter dans un film, le cinéaste aborde ce qu'il appelle son extraordinaire contribution en soulignant sa générosité d'acteur.

De manière bienvenue dans ce DVD, sont insérées soigneusement au sein du film plusieurs scènes inédites. La première survient peu de temps après l'arrivée du personnage de Samantha Mathis à Memphis. Cependant, la meilleure restauration concerne la séquence où River chante Lone Star State of Mine. Désormais le film n'est plus coupé à la moitié de la scène et James Wright, personnifié par River, va désormais jusqu'au bout de la chanson. Absolument fantastique.

On trouve également dans le DVD une série complète de compléments qui agrémentent le film. Sans surprise, « The Thing Called Love - A Look Back » (« Retour en arrière sur A Thing Called Love ») est une suite de souvenirs et d'évocations du film fondés sur des interviews, qui procure un plaisir sans mélange. Pour cette partie du DVD, des entretiens ont été enregistrés par les partenaires du film Dermot Mulroney, Anthony Clark et Samantha Mathis, particulièrement intéressante. Anthony Clark mentionne même Aleka's Attic, ayant vu le groupe jouer à New York, puis enchaîne sur la période où River enfant jouait de la musique au Venezuela. C'est merveilleux de voir ces acteurs évoquer leur rôle et le temps passé sur le tournage du film, le seul point négatif étant que les interviews de Sandra Bullock et de K.T. Oslin ne sont pas nouvelles mais datent de 1993.


Samantha Mathis

Dermot Mulroney

Anthony Clark

Sans surprise, le témoignage le plus poignant est celui intitulé « Notre ami River ». Il suit le même modèle, mélangeant séquences et interviews, que les autres bonus. « River était le meilleur acteur de ma génération à cette époque » énonce simplement Samantha. « Il montrait tant de courage, de spontanéité et d'honnêteté dans son travail. C'était une inspiration pour les adolescents ou les jeunes hommes de l'époque. Sans parler des adultes qui travaillaient avec lui et qui étaient sidérés par son talent. » Peter Bogdanovich poursuit dans cette ligne de pensée, rappelant qu'il était « très heureux que River ait demandé à participer au film et qu'il ait fait ce film. Ce fut le dernier qu'il acheva avant sa mort tragique et, selon moi, accidentelle. Sa mort fut un coup absolument horrible. Et une perte terrible parce qu'il avait un tel potentiel et un tel avenir et ce film, je crois, montre quel homme fascinant et quel acteur de premier plan il serait devenu car c'était vraiment son premier rôle d'homme mûr. Ca a été une terrible tragédie. »

Le dernier mot, laissé à River, provient d'une campagne promotionnelle qu'il fit pour le film peu avant sa mort. « J'aime les histoires d'amour, vous savez ? Quand j'étais plus jeune, j'étais plutôt cynique sur ce genre de truc mais, en vieillissant, je dois avoir développé un côté fleur bleue et je crois que l'histoire a finalement beaucoup de côtés tendres. Je veux dire, ça aurait pu aller dans beaucoup d'autres directions, mais celle que nous avons choisie est plutôt dans le vrai, je pense. »

   Old Man River...

Page Précédente

Page Suivante
Phoenix Numérique Rio's Attic Home Page