Block Telesales Calls NOW
Receive no more
telephone calls
from telemarketers
selling junk.
www.coldcallblocker.com
Voir également
dans Rio's Attic:

Diet For A New America

John Robbins

Vegan, Vegetarian, Vegetarianism
Pour célébrer River Phoenix, sa vie et son temps.
American EnglishEn Français

Diet For A New America

(Un régime alimentaire pour une nouvelle Amérique)

by John Robbins.

Troisième partie


ISBN 0-913299-54-5 (couv. souple, 423 pages)

Après avoir traité du bien-être animal dans la première section et des besoins alimentaires dans la seconde, l'auteur se tourne maintenant vers des sujets plus diversifiés pour la section finale et en premier lieu, la pollution. Il s'agit certes d'une question importante mais elle ne semble pas au premier abord pertinente pour un livre qui traite de régime alimentaire. Sans perdre de temps, l'auteur met immédiatement le lecteur sur la voie.

Des études récentes indiquent que, de tous les résidus chimiques toxiques présents dans le régime alimentaire des Américains, 95 à 99 % proviennent de la viande, du poisson, des produits laitiers et des oeufs.20 Si vous voulez mettre des pesticides dans votre nourriture, c'est ce qu'il faut manger. Heureusement, vous pouvez réduire énormément votre consommation de ces poisons en mangeant plus en amont de la chaîne alimentaire.

Choisir un mode d'alimentation plutôt qu'un autre est une décision relativement facile à prendre. Cependant, il ne semble pas y avoir de solution aussi rapide et aussi facile avec la pollution. En fait, en tant qu'espèce qui a empoisonné l'environnement où elle vit, on peut se demander si nous ne sommes pas au delà du point de non-retour et si notre situation n'est pas maintenant vraiment désespérée.

De manière sinistre, une étude gouvernementale récente a trouvé du PCB dans 100 % des échantillons de sperme humain testés.75 Elle a aussi trouvé une corrélation entre des niveaux élevés de PCB et la diminution de la quantité de sperme.76 Les PCB sont tenus pour une des raisons principales du fait atterrant que le sperme moyen de l'homme américain n'est aujourd'hui que 70 % de celui d'il y a 30 ans.77

Des tests réalisés dans plusieurs grandes universités ont permis de découvrir que presque 25 % des étudiants d'aujourd'hui sont stériles.78 C'est une tendance terrifiante. Il y a seulement trente cinq ans, le taux de stérilité était inférieur à un pour cent.79

Les ultimes sujets traités comprennent l'énergie et la logistique. Nous apprenons qu'il faut en moyenne cinq kilos de céréales pour faire une livre de viande. Si on mangeait une livre de céréales à la place d'une livre de viande, on économiserait donc les neuf autres livres de céréales qui pourraient nourrir d'autres hommes. Il est difficile de prendre en défaut ce calcul très simple. Et c'est en gardant ce calcul à l'esprit qu'on doit se rappeler que quarante mille enfants meurent de faim sur cette planète chaque jour.

Aujourd'hui aux Etats-Unis, le bétail consomme assez de grain et de soja pour nourrir cinq fois la population entière du pays.1 Nous nourrissons des animaux avec plus de 80 % du maïs et plus de 95 % de l'avoine que nous produisons.2

Lester Brown , du Conseil pour le Développement de l'Outremer, a estimé que si les Américains réduisaient leur consommation de viande de seulement 10 %, plus de 12 millions de tonnes de céréales seraient économisées annuellement pour la consommation humaine. Cela suffirait en soi pour nourrir correctement chacun des 60 millions d'êtres humains qui mourront de faim cette année dans le monde.6

Selon les statistiques du ministère de l'Agriculture, un demi-hectare de terre peut produire 10 tonnes de pommes de terre. Le même demi-hectare, utilisé pour faire pousser de la nourriture pour le bétail, produira moins de 80 kilos de viande de boeuf.9

Dans un monde où un enfant meurt de faim toutes les deux secondes, un système agricole organisé pour nourrir nos habitudes de consommateurs de viande est un blasphème. Pourtant il continue parce que nous l'encourageons. Ceux qui profitent de ce système n'ont pas besoin de nous pour leur trouver des excuses. Le seul soutien qu'ils attendent de notre part est financier. Aussi longtemps qu'assez de gens continueront à acheter leurs produits, ils auront les ressources pour combattre les réformes, ils injecteront des millions de dollars de propagande «éducative» dans nos écoles et ils pourront se défendre eux-mêmes contre les vérités médicales et éthiques.

Plus de la moitié du total de l'eau consommée aux Etats-Unis va à l'irrigation de la terre où poussent la nourriture et le fourrage du bétail.39 D'énormes quantités d'eau sont utilisées pour nettoyer les excréments des animaux. S'agissant de l'eau il serait difficile de mettre au point un régime moins efficace que celui que nous pensons être normal.

Produire une simple livre de viande nécessite en moyenne plus de 10 000 litres d'eau - autant que ce qu'utilise une famille moyenne pour tous ses besoins ménagers mensuels.40

Maintes et maintes fois, considérant les possibilités qui découleraient d'une nouvelle orientation du régime alimentaire américain, j'ai été frappé par les conséquences positives d'un tel changement. Je vois comme cela aiderait à réduire la faim dans le monde ainsi que la peur qui engendre les guerres, à préserver l'humus et les forêts, à sauver de l'extinction des milliers d'espèces dans les forêts tropicales humides, à rendre sa pureté à l'eau et à la préserver. Je suis ému par ce qu'engendreraient la diminution des souffrances des animaux, l'amélioration de notre santé et la réduction du recours aux produits chimiques toxiques qui menacent sérieusement l'avenir de notre espèce.

On nous demande de nous réveiller. C'est l'heure de remettre en question et de réévaluer une vie entière de préjugés et d'idées toutes faites qu'on tenait pour des faits avérés. Les faits révisés et mis à jour sont maintenant connus et ce sont des livres comme celui-ci qui assurent l'information du public. Car c'est au public, ou plutôt à chaque individu, qu'il revient maintenant de prendre une décision très importante.

Une fois au courant de l'impact de nos choix alimentaires, nous ne pourrons jamais plus l'oublier. Bien sûr nous pouvons le mettre entre parenthèses et parfois nous ne pouvons pas faire autrement, afin de supporter l'énormité de ce qu'il implique.

Mais la terre elle-même nous rappellera comme nos enfants et les animaux, et la forêt, et le ciel, et les rivières, que nous faisons partie de cette terre et qu'elle fait partie de nous. Toutes les choses sont profondément reliées les unes aux autres, aussi les choix que nous faisons dans notre vie quotidienne ont-ils une énorme influence non seulement sur notre santé et notre vitalité mais encore sur les vies d'autres êtres, et bien sûr, sur le destin de la vie sur Terre.

20 - Harris, S., «Organochlorine Contamination of Breast Milk» (Contamination du lait maternel par l'organochlorine) Environmental Defense Fund, Washington, D.C., Nov 7, 1979
Balbien, J., Harris, S., and Page, T., «Diet as a factor Affecting Organochlorine Contamination of Breast Milk,» (l'alimentation comme facteur de la contamination du lait maternel par l'organochlorine) Environmental Defense Fund, Washington, D.C.

75 - «A Plague...» (Une peste) Cf note 44

76 - Ibid

77 - Richards, B., «Drop in Sperm Count is Attributed to Toxic Environment,» (La diminution du sperme est attribuée à l'environnement toxique) Washington Post, 12 sept. 1979
Brody, J., «Sperm Found Especially Vulnerable to Environment,» (Le sperme spécialement vulnérable à l'environnement) New York Times, 10 mars 1981
«Unplugging the Gene Pool,» Outside, sept. 1980
Jansson, E., «The Impact of Hazardous Substances Upon Infertility Amongst Men in the U.S., and Birth Defects,» (L'impact des substances dangereuses sur l'infertilité chez les hommes aux Etats-Unis) Friends of the Earth, Washington, D.C., 17 nov. 1980

78 - Cf note 77

79 - Ibid

1 - Bralove, Mary, «The Food Crisis: the Shortages May Pit the 'Have Nots' Against the 'Haves,'» (La crise alimentaire : le manque peut opposer les dépourvus aux nantis) Wall Street Journal, 3 octobre 1974 pg 20

2 - Maidenburg, H.J. «The Livestock Population Explosion,» (L'explosion de la population du bétail) New York Times, 1er juillet 1973, page 1 section Finances

6 - Resenberger, Boyce, «Curb on U.S. Waste Urged to Help World's Hungry,» New York Times, 25 octobre 1974

9 - Cf note 5

39 - Lappé, Cf note 5

40 - Borgstrom Georg, présentation à la rencontre annuelle de The American Association for the Advancement of Science, 1981


Page Précédente

Page Suivante
La Bibliothèque Phoenix Rio's Attic Home Page