Block Telesales Calls NOW
Receive no more
telephone calls
from telemarketers
selling junk.
www.coldcallblocker.com
Voir également
dans Rio's Attic:

Hollywood

California

Music Hobby

I Love You To Death

My Own Private Idaho

Gus Van Sant

Keanu Reeves

Portland

Flea

Brad Pitt

Academy Awards

Red Hot Chili Peppers

Crucible, The

Arthur Miller

California Pasadena

Brad Pitt

Chris Nickson

US Magazine

Keanu Reeves

Stephen Prina

Michel Foucault

Feeling Minnesota
Pour célébrer River Phoenix, sa vie et son temps.
American EnglishEn Français

Keanu Reeves

de Chris Nickson
Première édition 1997


ISBN 0-312-95885-4 (poche, 200 pages)

Après Brad Pitt en 1995, le biographe des célébrités Chris Nickson s'est tourné vers un autre jeune acteur, Keanu Reeves, et il essaie de découvrir les causes de son succès, les caractéristiques de l'homme et les raisons qui le poussent à choisir ses personnages. Comme le premier portrait, celui-ci semble fidèle et se concentre davantage sur ce qu'on sait être vrai plutôt que sur les rumeurs ou le sensationnel. Ce petit livre comprend également en son milieu plusieurs clichés extraits de différents films ainsi que des photographies de la vie réelle.

Mais qu'en est-il de l'homme lui-même ? Il est toujours très occupé, très demandé, passant presque sans pause de film en film. C'est comme s'il n'avait pas de vie personnelle en dehors de son métier d'acteur. Et c'est exact d'une certaine manière. En dehors de sa profession, ses sujets d'intérêt sont peu nombreux - sa moto et son orchestre et c'est à peu près tout. Bien qu'il puisse se l'offrir depuis longtemps, il ne voit pas l'intérêt d'acquérir une maison. Alors il vit à l'hôtel - confortable de préférence.

Keanu a été rattrapé par le succès et il l'accepte avec circonspection. C'est là, c'est arrivé mais il n'est pas sûr de le vouloir vraiment.

Il n'est certainement pas intéressé par les signes extérieurs de la célébrité. Si on insiste, il remettra un Oscar mais vous ne trouverez pas son visage hantant les rubriques de commérages ou les tabloïds. Pour la seule raison qu'il est trop occupé la plupart du temps. Et quand il a du temps libre, il se tient bien à l'écart du monde des caméras et des reporters furieusement à la recherche d'un sujet.

Néanmoins et sans doute à sa propre surprise, sa célébrité a eu des résultats inattendus.

La presse commençait à le prendre au sérieux. Il attirait même le regard de l'université. A l'Art Center College of Design de Pasadena, le professeur Stephen Prina entreprit de donner un cours sur les films de Keanu Reeves. Au premier abord, ce cours aurait pu être pris comme une de ces plaisanteries typiquement californiennes mais Prina était vraiment sérieux. Il ne s'agissait pas d'un cours facile ou d'un moyen rapide d'obtenir des unités de valeur ou un diplôme. En fait, on analysait à travers Keanu le cinéma contemporain et la culture d'aujourd'hui, en se concentrant non seulement sur ses films, mais aussi sur les textes philosophiques de Michel Foucault et d'autres écrivains, et en montrant la place qu'ils tiennent dans la vie moderne.

Ce n'était pas de la tarte. Le cours consistait en trois mois de travail très sérieux. Et cela fit de Keanu le premier acteur de la jeune génération d'Hollywood à être le sujet d'un cours, ce qui lui offrit peut-être une petite satisfaction d'amour-propre, après avoir été si longtemps le souffre-douleur sur lequel s'abattait le mépris des critiques. Mais l'honneur était plus que justifié.

Décrivant avec précision sa carrière depuis sa première pièce de théâtre, The Crucible d'Arthur Miller, jusqu'au film Feeling Minnesota, Chris Nickson présente pour chaque oeuvre un résumé de l'action, la manière dont Keanu se pénètre de son personnage, la réaction des médias et celle du public. Il ne cache pas les points faibles de sa carrière mais il montre également la progression de Reeves dans son métier d'acteur. Avec un ton qui semble garantir sa sincérité et son objectivité, Chris Nickson fait le portrait d'un jeune homme plutôt sympathique, entièrement tourné vers son travail, indubitablement très réservé, qui semble aimer la solitude, mais qui fut capable d'apprécier une rare et profonde amitié.

De manière plus importante pour Keanu cependant, travailler sur I Love You to Death le mit en contact avec River Phoenix, qui finit par devenir un ami intime. Keanu n'avait pas réellement d'ami dans le métier, préférant séparer son travail et sa vie sociale, mais il trouva en Phoenix une sorte d'âme soeur.

D'une certaine façon, ils se ressemblaient beaucoup, Keanu plus âgé de six ans, jouant le rôle du «frère aîné», ainsi que Phoenix le décrivit une fois. Tous les deux avaient beaucoup en commun. Ils avaient eu une enfance non conventionnelle (bien que celle de Phoenix fut de loin la plus étrange), et tous les deux prenait leur métier d'acteur très au sérieux. Ils étaient tous les deux musiciens. Et tous les deux avaient un côté sauvage.

Le chapitre 7 décrit comment cette amitié s'approfondit pendant le tournage de My Own Private Idaho.

Quand ils n'étaient pas face aux caméras, beaucoup des acteurs passaient leur temps chez Gus Van Sant en dehors de Portland. Comme Keanu et Phoenix étaient tous deux des musiciens et que la distribution comprenait aussi Flea des Red Hot Chili Peppers, des «jam sessions» avaient lieu fréquemment dans le sous-sol et elles se prolongeaient souvent fort tard dans la nuit. Tout cela contribua à donner au tournage une allure plaisante et amicale.

Mais quel que soit l'apport des deux stars au film, leur travail produisit un superbe résultat. Et cela s'explique notamment par l'amitié qu'ils partageaient dans la vie. «River est mon copain, mon vieux» disait Keanu pendant une interview à l'occasion de la sortie du film. «Je t'ai toujours aimé, River. River est mon meilleur ami et, honnêtement, je n'en ai pas beaucoup.»

Leur tendresse mutuelle transparaît. Scott, l'aîné, s'occupe du mieux qu'il peut de celui qu'il a pris en charge, même s'il sait qu'il quittera très bientôt la vie qu'il mène. Et il n'emmènera rien avec lui quand il partira.

Nous savons qu'en fin de compte, dans la vie réelle, ce n'est pas Scott qui partit. Keanu Reeves, toujours très réservé, ne parla pas beaucoup de la mort de River, sans doute parce que certaines souffrances sont si insupportables qu'elles ne peuvent s'exprimer, comme une ultime tentative pour refuser la réalité.

La pression du travail les empêcha de se voir beaucoup, mais leur mutuelle affection demeura. La mort de Phoenix fut un coup pour Keanu. Ainsi qu'il le dit, «ça m'épouvanta. Je pense que ce fut un accident. Je ne peux me l'expliquer».

Exprimer ses sentiments fut difficile. L'émotion était toujours là, contenue à l'intérieur ; la formuler était bien plus dur. «J'ai été terriblement, terriblement triste» dit-il à US. «Incroyablement triste. Et, hum, il me manque beaucoup.»


Page Précédente

Page Suivante
La Bibliothèque Phoenix Rio's Attic Home Page