Block Telesales Calls NOW
Receive no more
telephone calls
from telemarketers
selling junk.
www.coldcallblocker.com
Pour célébrer River Phoenix, sa vie et son temps.
American EnglishEn Français

Johnny Depp - A Kind Of Illusion

(Johnny Depp – Une sorte d'illusion)

de Denis Meikle
Première édition 2004


ISBN 1-905287-04-6 (poche, 400 Pages)

Aujourd'hui dans sa deuxième édition, ce livre continue de recevoir un accueil tiède de la part de ses lecteurs, pour la raison surprenante mais très louable que l'auteur Denis Meikle préfère mettre l'accent sur la carrière cinématographique de l'acteur Johnny Depp plutôt que sur sa vie privée. Profitant de la nouvelle édition, une mise à jour inclut désormais le film Charlie et le chocolat.

Alors que l'auteur, pour quelque raison que ce soit, choisit de mettre Depp sur un piédestal, une « sorte d'illusion » si jamais il y en eut une, les contemporains de Depp ne reçoivent pas un traitement aussi généreux. Et s'agissant des films qui eurent peu de succès au box-office, l'auteur en vient à blâmer tout le monde sauf Depp.

River est mentionné dans au moins une douzaine de pages au long de la biographie, mais au mieux jamais sous une lumière positive et au pire d'une manière carrément péjorative.

Phoenix avait pris une « speedball » d'héroïne et de cocaïne avant son arrivée au club et, dès qu'il fut entré, il alla tout de suite sniffer une ligne dans les toilettes. Ce fut cette dernière prise de « Persian Brown » qui lui fut fatale.

La communauté cinématographique exprima son indignation en apprenant la nouvelle, bêlant d'incrédulité à la simple idée qu'un enfant du « new-age » aussi pur ait pu se droguer régulièrement. Mais quand les évidences médicales s'avérèrent incontestables, la preuve se fit d'elle-même.

Cette cruelle exécution continue dans le même style, page après page. La fin du livre examine notamment les circonstances entourant le retrait de Depp du night-club. Un procès engagé en juillet 2000 contre Depp par Anthony Fox, un ancien partenaire en affaire et copropriétaire du Viper Room, traîna en longueur pendant plusieurs années et le jugement ne laissa à Depp que le choix entre trois solutions. Il pouvait soit vendre ses parts, soit acheter celles de Fox, soit tous les deux vendaient le night-club.

En octobre 2004, United Press International révéla que Depp avait cédé ses parts dans le club à la fille de Fox. Un communiqué de presse fumeux, en provenance de « sources non identifiées », évitait toute référence à la bataille juridique qui avait accablé Depp les quatre années précédentes. Il attribuait sa décision aux « mauvais souvenirs » qui persistaient en raison du décès de River Phoenix ainsi qu'à son émotion devant les « touristes de la mort » qui continuaient de venir en pèlerinage, « l'air ahuri », pour voir l'endroit où Phoenix était décédé.

Au final, ce livre est l'un des rares de la Bibliothèque Phoenix que nous avons laissé en route. C'est vrai qu'avec tous les « bêlements » et les « airs ahuris » en cours, on n'a tout simplement pas eu le temps de le finir.

La Bibliothèque Phoenix Rio's Attic Home Page