Block Telesales Calls NOW
Receive no more
telephone calls
from telemarketers
selling junk.
www.coldcallblocker.com
Voir également
dans Rio's Attic:

The Time of the Assassins

Henry Miller

Arthur Rimbaud

France

Volker Schlondorff
Pour célébrer River Phoenix, sa vie et son temps.
American EnglishEn Français

The Time of the Assassins

(Le Temps des Assassins)

d'Henry Miller
Première édition 1946.


ISBN 0-8112-0115-5 (couv. souple, 163 pages)

Arthur Rimbaud, poète français né en 1854, commença à écrire de la poésie dès l'âge de 10 ans. Il est devenu un des poètes français les plus connus et les plus originaux et son oeuvre a été traduite en de nombreuses langues.

Ce livre n'est pas une biographie de Rimbaud, ni même une étude en profondeur de son oeuvre. Il s'agit davantage d'une autobiographie de son auteur, Henry Miller, dans laquelle il compare sa propre vie à celle de Rimbaud.

Débutant par sa première rencontre avec l'oeuvre de Rimbaud, Miller poursuit en explorant les aventures que connut le poète et les met en parallèle avec ses propres expériences. Tout au long du livre, l'auteur cite nombre d'extraits de Rimbaud, dans la langue originelle, le français.

Chaque écrivain produit certains passages obsédants, certaines phrases mémorables, mais avec Rimbaud, ils sont sans nombre, ils parsèment ses pages comme des pierres précieuses ruissellent d'un coffre forcé. C'est ce talent qui rend le lien avec Rimbaud indissoluble. Et c'est la seule chose que j'envie chez lui. Aujourd'hui, après tout ce que j'ai écrit, mon désir le plus profond est d'en finir avec les livres que j'ai en projet et de me consacrer à la création d'une franche absurdité, d'une pure fantaisie. Je ne serai jamais le poète qu'il était, mais il y a encore dans l'imagination des étendues inexplorées.

Ce titre devait devenir un des livres favoris de River. On le lui fit connaître en 1992 quand le réalisateur allemand Volker Schlondorff l'approcha, souhaitant que River interprète Rimbaud dans une adaptation du livre au cinéma.

River revint de plus en plus à ce livre pendant la dernière année de sa vie, le conservant avec lui et l'on rapporte qu'il devint obsédé par les ressemblances entre la vie tourmentée de Rimbaud et la sienne.

Il méprisait le monde qui désirait l'acclamer, il refusait toute valeur à son oeuvre. Mais cela n'avait qu'une signification - il voulait qu'on le prenne pour ce qu'il était !

En lisant ce livre, chacun essaie de mettre River en retrait et de se concentrer sur Rimbaud, comme le souhaitait l'auteur. River n'était pas né quand il fut écrit et même ses parents n'étaient que des enfants. En dépit de nos efforts, aussi absorbés sommes-nous par la lecture, nous ne pouvons empêcher notre esprit de vagabonder. Il s'écarte de Rimbaud au profit d'un autre artiste au destin tragique, un artiste d'une époque plus récente, un artiste qui était également en crise....

De temps à autre, de la rivière de la vie, profonde et cachée, de grands esprits ayant forme humaine sont rejetés. Comme des phares dans la nuit, il signalent le danger. Mais leur séduction est vaine pour ces «locomotives abandonnées mais toujours sous pression» qui s'accrochent aux rails.

Peu importe le fiasco de sa vie, je pense étrangement que s'il en avait eu la possibilité, il aurait rendu le monde meilleur. Je crois que le rêveur, et peu importe qu'il n'ait pas le sens pratique pour l'homme de la rue, est mille fois plus capable, plus efficace que le soi-disant homme d'Etat.

Il a vu bien au-delà des rêves et des espoirs des hommes ordinaires et des hommes d'Etat. Il manqua du soutien de ces gens qui se délectaient en le traitant de rêveur, ces gens qui ne rêvent que lorsqu'ils sont endormis, jamais les yeux grand ouverts. Pour le rêveur qui se tient en plein milieu de la réalité, tout vient trop lentement.

Quiconque, conscient du lien qui existe entre ce livre et le nom de River Phoenix, ne pourra malgré tous ses efforts en faire une lecture fructueuse en tant qu'«étude sur Rimbaud», comme il est indiqué sur la couverture. Pour le lecteur, les ressemblances sont trop frappantes pour qu'il les ignore, ainsi que la présence de celui qui l'accompagne dans sa lecture.

La petite lumière qui vacilla et s'éteignit avec son décès a cru en puissance et en intensité dès que la nouvelle de sa mort fut largement connue. Depuis qu'il a quitté ce monde, il a vécu plus prodigieusement et avec plus d'éclat que pendant sa vie. On peut se demander, s'il revenait dans cette vie, quelle sorte de poésie il écrirait, ce que serait son message. C'était comme si, fauché au meilleur de sa maturité, on l'avait privé de cette ultime phase de développement qui permet à l'homme de mettre en harmonie ses différentes individualités en guerre avec elles-mêmes. Avançant pour la plus grande partie de sa vie sous un sort funeste, luttant de toutes ses forces pour trouver une issue au sein des espaces clairs et ouverts de son être, il fut jeté à terre une dernière fois juste au moment où les nuages semblaient se lever.


Page Précédente

Page Suivante
La Bibliothèque Phoenix Rio's Attic Home Page